Solidarité avec les pêcheurs – Brexit

Dans le prolongement des annonces de délivrance des licences de pêche par la Grande Bretagne, j’ai participé ce matin à un échange avec Madame Annick GIRARDIN, Ministre de la Mer, et Clément BEAUNE, Secrétaire d’État chargé des Affaires Européennes, en présence de parlementaires ( Sénateur Rapin, François Xavier Bellamy,.…) des Présidents de conseils régionaux ( hauts de France, Normandie, Bretagne) des Présidents de conseils départementaux ( Pas de Calais, …) et des Maires concernés ( maire d’Etaples, de Boulogne, …pour notre région).

Nous demandons des réponses rapides pour nos pêcheurs français et le respect des clauses intégrales du Brexit par la Grande-Bretagne.

Dix mois après l’entrée en vigueur effective le Brexit conduit à une situation tendue dans la zone la plus poissonneuse du monde. Les parlementaires ont demandé un plan d’accompagnement des pêcheurs sans licence, des relations avec Jersey transparentes et que la Commission européenne veille à ce que le Royaume-Uni ne présente pas de nouvelles conditions et des délais qui jouent la montre pour l’octroi des licences définitives.

Nos pêcheurs ont besoin de remplir le frigo de leurs familles, nous montrerons notre détermination à la commission européenne qui doit faire respecter les accords. La pêche ne doit pas être le point visible d’un Brexit cerné par les crises et les bras de fer.

Des actions juridiques doivent être menées par l’UE et la France doit affirmer sa détermination à faire appliquer l’accord strict conclu avec le gouvernement britannique sans délai!

Jeudi prochain au plus tard, la ministre devrait annoncer des mesures de rétorsion si la situation ne se débloque pas. Un certain nombre d’entre elles ont été évoquées :

– La remise en question des accords du Touquet

-L’augmentation du prix de l’Energie

– La dégradation des coopérations de recherches ou financières auxquelles est attachée la Grande Bretagne

– La révision du protocole ferroviaire, sont autant de pistes évoquées qui devront s’appliquer de manière graduée si la situation s’enlisait et pour éviter des actions risquées des pêcheurs, comme un blocus !!!

Un fond de soutien est disponible au niveau européen et les départements comme celui du Pas de Calais ont débloqué des aides pour les pêcheurs touchés par ce blocage britannique.Nous soutenons nos pêcheurs et exigeons le respect des accords (Qu’est-ce que les accords du Touquet? Le texte a eu pour effet un « déplacement de la frontière britannique » de Douvres (Royaume-Uni) à Calais (France).

Ainsi, des bureaux de contrôle d’immigration communs, dits « juxtaposés », ont été installés dans les ports de la Manche et de la Mer du nord : à Calais, Boulogne-sur-Mer, Dunkerque côté français et à Douvres côté anglais. En vertu de ce décret, Paris ne peut donc pas légalement laisser les migrants traverser la Manche. Et les personnes s’étant vu refuser l’accès au territoire anglais doivent de fait rester en France.)

Partagez cet article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Derniers articles